Rechercher

N’être personne



Dans ce monde où l’image prend toute la place, où paraître est au coeur de l’univers virtuel et médiatique qui nous bombarde continuellement, que reste-t-il pour l’Être? Très peu en faits, parce qu’Être, c’est n’être personne de particulier, c’est s’abandonner à la vie et en accepter toutes les incertitudes. C’est plonger dans le vide et accepter qu’au final nous ne savons rien, que nous avons tout à apprendre et que c’est en se tournant vers les autres que nous comprenons peu à peu ce que nous sommes réellement.


N’être personne de particulier nous donne des frissons, parce que nous cherchons tous tellement à être quelqu’un, à nous réaliser et à trouver notre place au soleil! Et nous associons comme image et comme pensée au fait de n’être personne de particulier, l’idée de déambuler dans la vie tel un spectre, sans aucune “signature” particulière ou personnalité propre. C’est la perspective que nous avons de n’être personne de particulier. Mais ce n’est rien de tel.


Lâcher prise sur ce que nous croyons être; notre image, notre personnalité et toutes nos croyances à l’égard de notre petite personne, les bonnes comme les mauvaises, c’est découvrir que nous sommes beaucoup plus que cela, beaucoup plus que la somme de nos parties. C’est découvrir toute la beauté et la lumière qui nous habite ainsi que la noblesse de l’Être en nous. Et accepter de n’être personne de particulier, c’est se permettre de remettre les choses à la bonne place, nous recentrer dans ce que notre véritable personnalité a de plus beau, se libérer de tous ces jeux d’association que nous effectuons entre nous et notre prochain, cette illusion de séparation qui nous amène à croire que nous devons être plus ou moins que l’autre en face de nous, que nous sommes meilleurs ou moins bons, plus ou moins méritant et que nous gagnons ou subissons dans notre relation avec autrui. C’est découvrir la richesse de notre véritable unicité.


Parfois, il faut savoir mourir à soi pour renaître, accepter d’avoir à peut-être devoir marcher à l’ombre pendant un temps pour retrouver sa véritable place au soleil. Les temps de pause, les deuils, les périodes de solitude, les abandons, les rejets et toutes ces autres épreuves de la vie, petites et grandes, sont là pour nous apprendre à lâcher prise sur ce que nous croyons être et nous forcer à regarder qui nous sommes réellement. Ce qui nous amène à conclure que nous devrions être reconnaissants à l’égard de tout ce que la vie nous apporte et qu’il y a un enseignement à tirer de chacune des expériences de la vie.


#BrahmaShakti

©2018 by Réflexion sur le chemin. Proudly created with Wix.com