Rechercher

Les mots



Les mots, le langage... L’Humain est la seule espèce de la création possédant la faculté de parler, de moduler des sons de façon à leur donner un sens servant à exprimer une pensée ou une réalité. Cette capacité a été la pierre angulaire de notre développement comme espèce animale et le catalyseur de ce qui nous a conduit à devenir l’espèce dominante sur cette planète.


Les mots et le langage nous ont même permis de nous développer socialement et individuellement; ils nous ont permis de nous développer dans la conscience collective et individuelle en nous permettant de mettre en formes des idées et des concepts de plus en plus complexes avec le temps. Mais les mots sont parfois très limitants et peuvent même devenir... handicapants. Pourquoi?


Tout d’abord, parce que les mots sont analysés au travers notre mental et ce dernier est fortement conditionné par nos émotions, nos valeurs, nos expériences de vie et toutes les tensions qui s’accumulent dans notre subconscient. Qui n’a pas déjà entendu la phrase suivante: “Il a dit le mot de trop.” ou “Ce qu’il m’a dit a été la goutte qui a fait déborder le vase.” Autrement dit: Les mots sont sujets à interprétation et communiquer devient un art de plus en plus difficile à maîtriser dans une société où nous sommes constamment sous pression, en réaction plus qu’en réflexion et où nous déposer pour prendre un peu de ce précieux temps pour clarifier auprès de l’autre le sens que lui ou elle donne aux mots devient difficile. Les mots sont aussi une entrave à la communication parce que nous attachons toute notre importance à ceux-ci, alors qu’ils ne représentent, en faits, qu’un faible pourcentage de ce qui est véhiculé lorsque nous communiquons avec autrui. La gestuelle et l’ensemble du langage non verbal comptent tout autant, sinon plus, que les mots eux-mêmes. C’est un principe reconnu par les sciences du comportement depuis longtemps. Par contre, ce dont on entend peut-être moins parler comme étant un volet important de la communication, c’est le ressenti. Et il y a dans cet aspect de nos relations, tout un volet qui nous échappe, trop attentifs que nous sommes aux mots.


Nous dégageons tous une énergie qui est palpable par notre être, dans la sphère inconsciente de celui-ci. La colère, la tristesse, la joie ou toute autre émotion forte que nous portons est détectée par l’autre et elle conditionne notre état d’esprit et notre réceptivité à l’autre avant même qu’il n’ait ouvert la bouche. Tout comme les animaux qui ressentent le danger, ou à l’inverse vont venir à vous parce qu’ils se sentent en confiance, nous avons ce 6ème sens qui fait que, intuitivement, nous pressentons bien souvent la “couleur” que prendra la conversation avant même qu’elle ne débute. Vous remarquerez que j’ai utilisé le terme “intuitivement” plutôt que “instinctivement”. Parce que l’instinct fait réagir, alors que l’intuition, lorsque bien utilisée, nous amène dans des actions justes.

L’instinct sera conditionné par nos pulsions qui sont elles, reliées à nos désirs et nos peurs; ce qui nous ramènent aux émotions. L’intuition, tant qu’à elle, nous amène à vous connecter avec notre coeur. Et le coeur, lorsque nous savons l’écouter, sait ce qui est bon pour nous et nous amènera dans la vérité, en autant que nous faisons taire le mental, notre mental... Le coeur comprendra la charge émotive que porte l’autre et tentera de se mettre au diapason de celle-ci. Dans le coeur, nous nous oublions, l’espace d’un instant, pour nous ouvrir à la réalité de l’autre et tenter de parler son langage. Ne dit-on pas d’ailleurs: “Cette personne a parlé avec son coeur?”


Je vous propose donc un petit exercice auquel vous gagnerez beaucoup au fil du temps, à force de le pratiquer. Mais, il n’est pas toujours facile à faire, quoique fort simple. Plutôt que de porter attention aux paroles de la personne devant vous, regardez-le avec attention et tenter de sortir de votre tête ou vous mettre à analyser sa gestuelle et l’ensemble de ses comportements. Non, regardez-le et tenter de ressentir, de placer votre attention dans le regard que vous portez sur la personne en même temps que vous la portez sur le centre de votre personne, au niveau du coeur. En faits, il s’agit de tenter de ressentir l’autre plutôt que de l’écouter avec son mental, d’ouvrir nos antennes. Cela peut paraître un peu étrange à prime abord, mais vous verrez que ce n’est pas si compliqué et que nous avons tous cette aptitude à ressentir les choses. Des vestiges de notre nature animal probablement. C’est un exercice très intéressant dont les résultats vous surprendront et vous verrez que parler avec son coeur, quand le mental ne vous dicte plus comment agir, est plus simple que nous le croyons. Ce qui est le plus difficile avec cet exercice, c’est d’accepter la vulnérabilité qui vient avec le fait d’ouvrir son coeur à l’autre. Nous avons tendance à voir cela comme une faiblesse, mais en faits, exposer sa vulnérabilité est un exercice d’une efficacité redoutable, parce que c’est exposer son humanité à l’autre et lui démontrer que nous sommes... identique à lui ou elle!


#BrahmaShakti

©2018 by Réflexion sur le chemin. Proudly created with Wix.com