Rechercher

Le bypass spirituel



Voici un extrait pris des écrits de Charles Coutarel Sattoji que j’ai trouvé très intéressant pour illustrer l’éveil, la réalisation et l’écart entre les deux. Un écart qui peut conduire au “bypass spirituel”, notion importante à comprendre pour qui chemine en spiritualité. J’ai mis un article sur le sujet dans mon groupe Facebook, mais il est malheureusement en anglais. Voici donc quelques explications sur le sujet en français à la lumière de ce texte.


"J'entends souvent de braves chercheurs penser ou croire que l'éveil résoudra les problématiques présumées de leur personne... Ou renier leur réalisation pour cette même croyance! Bel espoir juvénile et inutiles souffrances puériles non fondées sur l'expérience directe de la réalité, mais basées sur une interprétation non vérifiée et non actualisée de celle-ci.


La croyance ou promesse répandue sur l'éveil se formule le plus souvent ainsi; "une fois éveillé(e) je vivrais dans un état de paix et de joie permanente (sous-entendu supérieur), et surtout je n'aurais plus jamais de problèmes!... et en plus j'aurais du succès!". Bien sûr ceci n'est que la pensée rêveuse et immature de la personne prise à son propre jeu et cherchant désespérément une porte de sortie de son propre drame... et qui, comble d'ironie, ne fait qu'y ajouter!...


Que penserions-nous d'une personne se réveillant le matin et qui déclarerait péremptoirement et solennellement alentour que la journée est finie? Le croirions-nous? A l'évidence non. Que croyons-nous donc? L'éveil n'est pas une fin, ni un but à atteindre, c'est l'entrée ou l'orée d'une vie en conscience. Yvan Amar disait; "L'éveil ne permet rien, c'est l'obligation au tout". Conscience oblige.


L'éveil est l'éradication de la croyance en la personne. La personne ne s'éveille pas, c'est l'être qui se reconnaît en tant que non-personne, en tant que pure et infinie conscience! La personne n'a pas de réalité propre, c'est un masque d'emprunt complètement fabriqué et conditionné. Ce que vit la personne est insignifiant en soi, succès ou échecs, simples variations sur le thème de l'incarnation, ni bien ni mal, juste la jouissance des différences de potentiel du jeu et du rêve...


L'être, même si source, origine et fin de toutes perceptions, y compris la perception de cette personne et de ses pensées, aussi lumineuses ou confuses soient-elles, l'être n'est en aucun cas dépendant ni conditionné par celles-ci. L'être n'a aucun problème avec les apparentes divagations et tribulations de... personne!


Cet être inaliénable et “inaliéné”, toute conscience, tout amour et toute liberté, est ce qui est redécouvert et réalisé dans l'éveil, ainsi que révélée l'illusion du monde de la séparation et de la personne. Nonobstant, le jeu apparent du monde et son déploiement continuent! Là est le mystère insondable et sa magie!


Encore une fois, à ce point, tout va dépendre d'où notre attention se focalise et s'investie!


L'éveil n'est pas de l'ordre d'un confort personnel; c'est simplement la réalité.


Et la réalité c'est qu'il n'y a personne !”


Je trouve ce texte très pertinent mais il est toutefois un peu flou et incomplet à bien expliquer le concept du “bypass” alors je me permettrai de le compléter avec les explications suivantes.


L’éveil ne signifie rien en soi s’il n’y a pas une réalisation dans la matérialité de la vie. Il ne demeure qu’un état de conscience qui finira par vous détacher des autres et de votre humanité, voir stopper votre progression sur le chemin et vous empêcher d’effectuer des prises de conscience nécessaires à la reprise de contact avec l’Être.


Une part de ce chemin est composée de grandes difficultés, voir même de souffrances parce que vous êtes en train de “déconstruire” les croyances que vous entretenez face à vous-même et à cette illusion de vie limitante, conditionnée par vos pensées, vos émotions, une vie séparée de l’autre et de votre essence profonde. Une fois que cette prise de conscience est faite, et bien, c’est comme le dit si bien l’auteur: “ (...) tout va dépendre d'où notre attention se focalise et s'investie!”


Plusieurs personnes “s’éveillent” à des degrés divers, en se sens que la prise de conscience du “il n’y a personne” auquel fait référence l’auteur peut être très variable et procéder tout simplement d’un détachement progressif à la personnalité égotique, ce qui amènera une vérité intérieure, une authenticité dans le discours et les actions ainsi que la réalisation de son plein potentiel dans sa vie personnelle et son parcours ici-bas.


Et même lorsque la personne réalise cet état d’être de la façon décrite par l’auteur, il y aura inévitablement un retour vers le manifesté, la réalité quotidienne où elle en viendra aux mêmes résultats de vérité, d’authenticité et de réalisation.


Peu importe le chemin pris, celui-ci vise à nous libérer d’une illusion qui nous éloigne de la vérité. Et cette vérité est que nous sommes les véritables créateurs de nos vies autant dans la souffrance que dans la joie et qu’il n’en tient qu’à nous d’orienter notre vie comme nous l’entendons. Mais ceci sous-entend la compréhension d’un concept que nous avons bien mal compris et intégré au fil du temps: L’amour.


L’amour de soi, de son prochain, de cette planète et de tout ce qui vit dessus, sans distinction de nature, d’espèce, de race, de genre ou d’opinion. Un amour libre d’attachement dans le respect le plus profond de tout ce qui est, autant dans vos relations que dans les situations qui se présentent à vous dans la vie. Quand vous dirigez votre vie en respectant ce principe de base qui semble fort simple, mais oh combien difficile à appliquer, vous devenez de véritables créateurs de vos vies parce que vous devenez littéralement co-créateur avec Dieu. Et qu’est-ce que Dieu au final? C’est cela, c’est un concept d’amour et de liberté qui est là tout au fond du coeur de chaque être humain, c’est l’Être dans toute sa splendeur lui-même, quelque chose que nous portons tous et toutes au fond de nous, quelque chose d’universel, sans nature ou espèce particulière, sans race, sans genre et sans opinion parce que c’est la vie elle-même.


La vie, elle pénètre tout et est présente en tout, elle ne fait pas de distinction entre vous et votre voisin et fait battre votre coeur tout autant que le sien et vous mettra à l’épreuve malgré l’éveil et la réalisation parce que vous êtes ici pour expérimenter et évoluer. Vous pouvez voir la vie comme un parent aimant qui nous aime malgré tout ce que nous faisons et nous apporte tout ce dont nous avons besoin pour vivre et nous développer. Tout ce dont nous avons besoin et non pas tout ce que nous désirons... Un parent qui doit parfois nous dire non parce que nos attentes et nos actions ne sont pas en cohérence avec l’amour que nous portons en nous. Et nous, nous sommes des enfants qui apprenons. Et tels nos propres enfants, moins nous écoutons ce parent aimant, que ce soit cette voie intérieure qui nous guide ou les innombrables signes que la vie nous envoie, plus nous “gaffons” et nous nous empêtrons dans des détours qui n’ont pas leur raison d’être.


Alors, il n’en tient qu’à nous de nous écouter et d’être attentif à la vie. C’est ce que l’éveil permet de réaliser dans une dimension parfois grandiose et vertigineuse, mais parfois toute simple. Au final, c’est ce que nous faisons de cette réalisation qui compte, comment nous exprimerons ce que nous révèlera la vie de nous-même dans la lucidité, la créativité et l’amour.


©2018 by Réflexion sur le chemin. Proudly created with Wix.com