Rechercher

La stabilité



La stabilité est-elle synonyme d’équilibre? Et bien oui et non. En faits, la stabilité est la qualité de ce qui tend à demeurer dans le même état. C’est effectivement un état d’équilibre mais un état d’équilibre qui demeure permanent.


Est-ce possible? Dans un monde où tout est mouvement, où tout se définit toujours par un rapport de forces, l’atteinte de la stabilité est-elle une utopie? Et bien je vous dirais que c’est quelque chose de possible, tout dépendant de la perspective que vous adoptez face à la vie. Nous vivons dans un monde où nous nous voyons différent de notre prochain, où nous avons appris à survivre en établissant ce genre de relation. Pour survivre, l’homme a d’abord dû se méfier des autres espèces animales que la sienne et après avoir compris qu’il devait chercher la collaboration de ses pairs, il a ensuite réalisé que la loi du nombre l’obligeait à établir un nouveau rapport de force auprès de ceux dont il a d’abord cherché la compagnie puisque plus un groupe grandit plus nous sommes victimes de cette illusion qu’est la séparation et finissons par percevoir chez l’autre ce qui dans le fond nous anime tous. Toutes ces zones d’ombres en nous, les peurs, les doutes, les manques d’amour, nous les voyons chez l’autre et finissons à tort par les prendre pour des travers menaçant pour notre propre individualité. Et c’est à partir de cette illusion que s’installe un rapport de force avec l’autre, amplifiant ainsi un mouvement qui nuit considérablement à notre quête d’équilibre dans la vie. Prenez quelques instants à la fin de votre journée, ou mieux avant de débuter une nouvelle journée, et faites simplement la liste de toutes les perceptions que vous avez eu au cours des 24 dernières heures en côtoyant les gens autour de vous: amis, collègues, famille. Tout ce que vous avez pensé et éprouvé à leur contact et que vous n’avez pas été validé auprès d’eux parce que bien souvent vous vous dites: “Ça ne sert à rien, je le ou la connais, je sais qu’il ou elle est comme cela, je sais qu’il ou elle pense comme cela et même si je lui demande, il ou elle niera”...


Mais en êtes-vous si sûr? Qui sommes-nous pour nous ériger en Juge d’autrui? Nous présidons le Tribunal de notre propre vérité tout simplement et nous passons énormément de temps à être à la fois avocat de la poursuite, de la défense et Juge de tout ce procès d’intentions que nous nous faisons entre nos deux oreilles. Et en bon Juge que nous sommes, nous allons même au-delà de tout cela bien souvent et prétendons savoir comment les gens devraient se comporter et ce qui serait bon pour eux. Tout ce temps que nous passons à mobiliser notre attention et nos pensées sur ces situations est de l’énergie que nous dilapidons inutilement et c’est le principal élément qui empêche à ce rapport de force en nous et à l’extérieur de nous de se stabiliser. Nous voyons toujours tout en terme de dualité: Moi et l’autre, le blanc et le noir, le jour et la nuit. Nous voyons ces forces comme étant en opposition l’une avec l’autre alors qu’elles sont là pour se compléter tout simplement. Vous ne pouvez faire cesser l’agitation que par le calme et faire cesser le tumulte que par la paix. C’est en introduisant de la lumière qu’on chasse l’ombre, l’un ne va pas sans l’autre, ce sont des forces complémentaires et non des forces opposées et il en est de même dans tout ce qui concerne votre vie. C’est en travaillant de pair avec les forces présentes dans votre vie que vous atteindrez la stabilité. L’union fait la force et ensemble on va plus loin... Deux dictons qui résument l’essentiel de ce que devrait être la vie, parce qu’au final, il n’y a qu’un seul principe de vie dynamique qui nous anime tous, nous sommes unis au-delà de ce que nous pouvons percevoir à la surface des choses.


Mais en changeant votre perspective, vous changez aussi ce rapport de forces et de cette façon, oui, avec du temps et beaucoup de patience, la stabilité devient possible.


#BrahmaShakti

©2018 by Réflexion sur le chemin. Proudly created with Wix.com